Lettre I

Paris, le 9 novembre 1868.

Monsieur,

Auriez-vous la bonté de faire la critique de cette brochure dans votre estimable journal. Pour des circonstances indépendantes de ma volonté, elle n’avait pu paraître au mois d’août. Elle paraît maintenant à la librairie du Petit Journal, et au passage Européen chez Weil et Bloch. Je dois publier le 2e chant à la fin de ce mois-ci chez Lacroix.

Agréez, Monsieur, mes salutations empressées.

l’AUTEUR.