HUBERT DE PHALÈSE

LES BONS CONSEILS D'HUBERT
OU
COMMENT FAIRE AIMER LA LITTÉRATURE
À SON ORDINATEUR

ou
comment faire aimer l'ordinateur aux littéraires

ACCUEIL

L'ÉQUIPE EN DÉTAIL

BIBLIOGRAPHIE

RECHERCHES ET COLLABORATIONS

CONSEILS D'HUBERT

ARTICLES DES MEMBRES

NOUS ENVOYER UN COURRIER

En construction, patience...

L'index des oeuvres de Claude Simon
À quoi sert-il et comment s'en servir ?

  1. Différencier l'index et la concordance : l'index donne pour chaque forme les références d'oeuvre et de page, tandis que la concordance donnerait de surcroit la ligne de texte. Lorsque l'on dispose de la place suffisante, sur papier ou en mémoire, la concordance est préférable.
  2. L'index contient des références codées : les titres des oeuvres de Claude Simon ont été abrégés pour alléger sensiblement le document. La concordance des titres se trouve dans la page d'accès aux portions de l'index.
  3. Dérouler l'index sans but précis pour s'exclamer que cela ne sert à rien et que cela dénature la littérature est d'un snobisme fin-de-siècle qui n'est pas sans rappeler le précédent. Revenir avec un questionnement (ou plusieurs).
  4. Littéraires, sociologues, historiens, linguistes, tous peuvent trouver quelque intérêt à consulter un index. Encore faut-il qu'ils sachent formuler leur requête. Voyons avec quelques exemples les meilleurs moyens de tirer parti de cet index-ci :
      • Le cas le plus simple est bien sûr celui d'une recherche de forme. Ainsi celui qui s'intéresse au mot aigrette (pour ne l'avoir pas compris dans l'expression "une aigrette d'écume", Le Sacre du printemps, p.147) trouvera-t-il 4 emplois au singulier et 18 au pluriel dans la portion A-C de l'index. Les renvois le mèneront (par lui-même, manuellement on ne peut pas faire mieux pour l'instant) à 10 oeuvres différentes de Simon, avec une convergence métaphorique qui laisse loin derrière elle, sur un pied, l'oiseau.
      • L'historien ou le comparatiste se consacrant à la Guerre d'Espagne pourront commencer leurs recherches par Barcelone, dans l'index des noms propres. Ils trouveront 46 emplois, répartis dans 7 oeuvres. En allant y voir de plus près, il apercevront d'autres mots qui gravitent autour de celui-ci, comme miliciens, anarchistes, Valence, Madrid, camions, armes, front, bateau... Chacun de ces mots, recherché dans la portion d'index qui lui correspond, montrera un fil dans le réseau thématique des conflits et des luttes. Ainsi naît la recherche rhizomique.
      • Piqué par le style à la fois litanique et cinglant de Simon (un peu comme Péguy), on voudra parfois poursuivre ses manières, comme celle de faire des adjectifs en -esque qui n'existent pas (plusieurs dizaines de formes différentes et de beaux néologismes), ou des participes présents (en -ant plusieurs centaines de cas, donc des milliers d'occurrences); autant de chaînes de lettres qu'il sera loisible de suivre dans les différentes portions d'index, avec un peu plus de temps libre que pour les précédents exemples. Dans ce dernier cas, on aura soin d'introduire un espace à la fin de la chaîne de lettres ("ant ") afin d'écarter les formes dont elles ne constitueraient pas la fin.
  5. Pratiquement, la recherche d'une quelconque chaîne de lettres dans un document web se fait au moyen de la fonction "rechercher" (un bouton avec une paire de jumelles pour Netscape, et quelque chose comme "trouver dans le document" dans le menu "Edition" d'Explorer). Bien lire : chercher dans un document n'est pas la même chose que chercher un document. Pour les deux navigateurs, cela correspond au raccourci clavier Ctrl F (qui doit venir du find anglais). Comme indiqué dans la page d'accès aux index, cette fonction ne fonctionne pas bien avec Netscape pour les grands documents.
      Une autre solution, si on a de la place à la maison (sur son disque dur), consiste à copier chez soi les portions d'index en mode texte et à les consulter tranquillement, hors-connexion, avec son logiciel de traitement de texte. Pour ce faire, choisir : "Fichier", "Enregistrer sous...", définir un chemin pour ne pas stocker n'importe où, changer le nom si on le souhaite, et "Enregistrer"...
  6. D'autres questions ?
Pourquoi la pompe ?

    On nous demande parfois pourquoi la page est illustrée d'une veille pompe (photographiée à Dieppe). On justifie ce choix de deux façons contradictoires. L'une est sérieuse : la pompe est la métaphore métonymique de l'extraction du sens et du mouvement répétitif de la lecture/relecture ; l'autre est impertinente : c'est l'objet insolite qui n'a rien à y faire, à la Dada ou à la Duchamp, et qui provoque en chacun de sains questionnements...

à suivre...


ACCUEIL ÉQUIPE BIBLIOGRAPHIE RECHERCHES CONSEILS ARTICLES NOUS ÉCRIRE