HUBERT DE PHALÈSE

LES RUPTURES DE LA ROUTE DES FLANDRES

BAS-CÔTÉS DE LA ROUTE
ACCUEIL
L'ÉQUIPE EN DÉTAIL

BIBLIOGRAPHIE
RECHERCHES ET COLLABORATIONS
CONSEILS D'HUBERT
ARTICLES DES MEMBRES
NOUS ENVOYER UN COURRIER

coupages automatiques

Les ruptures que l’on constate sur la courbe correspondent à des changements importants dans le lexique de l’œuvre et peuvent être expliquées ainsi :
  1. À la page 18, un brusque décrochage correspond à l’évocation des champs de course et de mondanités, après un début où il n’était question que de cavaliers sur le champ de bataille.
  2. Cette coupure (65), intervient après la transcription d’une discussion entre les soldats, au moment où le narrateur reprend la parole pour évoquer leur départ, sanglés dans des uniformes neufs. Tout de suite après, la scène se déplace dans le wagon des prisonniers.
  3. À la page 114, la fin d’une longue parenthèse marque le passage de l’évocation des prisonniers aux souvenirs liés aux paysans. Le bloc qui suit (jusqu’à la page 134) correspond aux souvenirs de casernement : la fille, les paysans, le café, puis les souvenirs d’Iglésia sur Corinne.
  4. Ce bloc lexical (134-142) correspond au récit de la course de de Reixach, jusqu’à ce que le narrateur prenne du champ, évoquant les parieurs ou l’embuscade.
  5. Cette partie (142-162) est consacrée à l’embuscade et à ses suites, puis au camp de prisonnier. C’est après le jet d’une pierre (163) qu’Iglésia reprend la narration de la course de de Reixach.
  6. Cette courte séquence (163-170) est la fin du récit d’Iglésia.
  7. Jusqu’à la page 190, Georges évoque l’ancêtre de de Reixach et son suicide.
  8. À la page 190, le rapprochement avec le suicide du général amène le narrateur à revenir à la débâcle, mêlée avec l’évocation de la bataille perdue par l’ancêtre (jusqu’à la page 203).
  9. Retour au camp de prisonniers (203), et évocation de la rencontre après la guerre avec Corinne.
  10. Le début de la troisième partie (239) marque une coupure lexicale importante (c’est le point de partition qui donnerait le maximum de spécificités). Dans cette dernière partie, l’entrecroisement très serré des séquences ne permet pas de repérer de coupure lexicale majeure.
  11. Le seul décrochage notable est celui-ci (286), au moment où Georges revient à la liaison entre Iglésia et Corinne.


ACCUEILÉQUIPEBIBLIOGRAPHIERECHERCHESCONSEILSARTICLESNOUS ÉCRIRE